photos de Marrakech, les souks, la Medersa, le palais de la Bahia, les tombeaux Saadi, la place Jemaa Fna, les jardins Majorelle. Jemaa El Fna, patrimoine mondial de l'Unesco.
Pictures of Marrakesh, the suks, MEdersa Ben Youssef, Garden of Majorelle,
         Volubilis
Volubilis et Meknes (à venir...)
Ne cherchez point encore sur cette page d'informations ou d'images  concernant Meknes; C'est prévu, mais pas encore à l'ordre du jour. Laissez moi le temps d'organiser un petit séjour prolongé dans cette ville impériale et je reviens vers vous... En attendant, lors d'un séjour à Fes, ne manquez pas de pousser le déplacement jusqu'a Volubilis et prenez le temps d'une découvertes des Mosaiques, la meilleure manière de patienter jusqu'au  coucher du soleil sur le temple du Capitole...
Bonne visite!
Jemaa el Fna
et les Souks
Marrakech
la medina
Les Jardins
Majorelle
Le Haut Atlas
Dar Beida Casablanca
Port
Folio
Liens
Favoris
Bonus
Club Med
Couleurs
Essaouira
Fes
La Belle
L'Anti
Atlas
Meknes
Volubilis
Around
Marrakech
Hier le Maroc
Tell a friend about this page
Conception réalisation & photos (sauf mentionné):
copyright. © Luc Fougere / www.Lucplanete.net
Ce site est gratuit, merci de l'encourager en laissant un petit mot dans le livre d'or!
Dernière mise à jour: 30 August, 2012
Calvi, Corse   Le Maroc   Croatie   Crested Butte    Las Vegas   Bahamas   Senegal   Manhattan   Mexique   Mexique historique   Paris   Miami   Floride  Lisbonne
   Death Valley    Grand Canyon   Nevada road   Yosemite    San Francisco   Hong Kong    Costa Rica    Italie   Saint-Domingue   Bali    Vu du hublot    Wallpapers
Jemaa el Fna
et les Souks
Marrakech
la medina
Les Jardins
Majorelle
Le Haut Atlas
Dar Beida Casablanca
Port
Folio
Liens
Favoris
Bonus
Club Med
Couleurs
Essaouira
Fes
La Belle
L'Anti
Atlas
Meknes
Volubilis
Around
Marrakech
Hier le Maroc
Enfilade de colonnes le lond du Decumanus Maximus
La Porte de Tanger, la plus importante des 6 portes originales, menant vers Tingis (Tanger)
Le Capitole, temple consacré à la triade romaine (Jupiter, Junon, Minerve),  fondé en 218 ap. J.-C.
La basilique, pôle administratif et législatif de Volubilis, dans laquelle siégeaient les tribunaux et se déroulait la vie publique de la cité..Aujourd’hui des oiseux  font leur nid dans la salle d’audience d’autrefois.
Au cours des siècles qui suivent son abandon officiel, Les maisons et les monuments, peu à peu abandonnés, fournissent les matériaux des nouvelles constructions et servent de nécropoles.

Au VIIè siècle l’Islam se répand rapidement dans tout le Maghreb. Une communauté musulmane occupe provisoirement une partie de la ville. Supplantée par Fès, Volubilis survit peut-être jusqu’au XIè siècle, après avoir accueilli, deux siècles auparavant, des Andalous chassés de Cordoue. La cité antique disparait dans les mémoires avant que les archéologues du XXè siècle n’exhument les vestiges de son histoire.
Volubilis se trouve à 3 km à l'ouest de Moulay Idriss Zerhoune, à une soixantaine de kilomètres de Fès et à une trentaine de kilomètres au nord de Meknès. Volubilis dérive d'un nom berbère Oualili qui désigne le laurier rose.


Plusieurs siècles avant notre ère, la ville entre dans l’aire d’influence des premières civilisations méditerranéennes qui s’installent sur les côtes marocaines : les Phéniciens, puis les Carthaginois (IVè siècle av J.-C.). Après la chute de Carthage en 146 av J.-C., la Mauritanie se trouve face à un allié dangereux et puissant : Rome


En 25 avant J.-C. Octave place à la tête du royaume Juba II, un africain élevé à Rome. Vers 44, Claude accorde à Volubilis le statut de municipalité et à ses habitants le droit de citoyenneté. La cité devient l’élément le plus avancé du dispositif de défense qui fait face aux tribus semi-nomades installées en marge de la province. Dès le Ier siècle, un quartier neuf se développe au nord-est de la ville pour accueillir les grandes demeures des propriétaires fonciers. Au début du IIIè siècle, basilique, forum, capitole, arc de triomphe, manifestent la puissance de la civilisation romaine et la prospérité de la ville. Mais dès la fin de ce même siècle, toute l’Afrique du nord qui subit les contrecoups d’un empire en décomposition. Vers 285, fonctionnaires et soldats quittent la cité pour se replier sur Tanger.
Vue générale du Forum et  de l'Arc de Triomphe.
Au loin, Moulay Idriss, ville de naissance du fondateur de Fes
La Basilique de Volubilis.
Mosaique dite du Tigre et de l'Antilope, Maison des Fauves
Mosaique de la Maison dite aux travaux d'Hercule:
(Les  oiseaux du lac Stymphale)
Mosaique de la Maison dite des travaux d'Hercule.
Mosaique des dauphins (Nereides) de la Maison dite d'orphée
Mosaique dite du Desultor (Acrobate)
L'Arc de Triomphe de Caracalla
Ruines du Palais dit de Gordien
Bassin d'ornement dans la Villa
d'un Praticien
Les mosaïques de Volubilis sont considérées comme les plus remarquables vestiges du patrimoine romain du bassin méditerranéen. Principalement réparties au sein de 9 maisons, les mosaïques qui restent sur place font encore de Volubilis un fantastique musée en plein air.

Pour une fois, un musée qui se visite en regardant ses pieds, et non la tête en l'air...
Chroniques méditerranéennes
Hubert JOLY

Jamais plus on ne mangera de hot dog au ketchup au supermarché de Volubilis. Je veux parler des fèves au lard du bistrot de la porte du Sud, car ces Américains de l'Antiquité avec leurs chars, leurs super-organisations et leurs buildings à colonnes n'étaient pas, en matière culinaire, plus doués que leurs lointains successeurs.

Jamais plus on ne verra les légionnaires, torse nu, se laver à la fontaine. Les lances et les boucliers disposés en faisceaux tenaient le centre de la place pendant que ces militaires astiquaient les plaques ou nettoyaient à grande eau le buffle de leur cuirasse. Dans le sabir multilingue des armées, un Numide velu injuriait un Gaulois qui venait de faire basculer son casque doré dans la fontaine. Par une horrible métamorphose, l'éclatant cimier paré de plumes d'autruche, en ressortait sous forme de serpillière grise ayant perdu la totalité de son volume.

Tout ce que ramasse de pittoresque et d'inadapté la soldatesque internationale passait un jour ou l'autre au bord de la fontaine. Il fallait occuper les créneaux de l'empire. Les aventuriers de toutes les nations soumise ou couchées y trouvaient villas réquisitionnées, chars de service et domestiques. Ce n'est pas dans la lointaine Bithynie ou sur les bords de Meuse qu'on aurait pu s'offrir quatre esclaves. Mais l'attrait principal de l'occupation et le sujet majeur des conversations résidait dans la possibilité de se procurer à bas prix tous les vins de la Méditerranée : l'alcoolisme mondain des ambassades et des organes interalliés commençait sa carrière.

Tandis que les légionnaires se cuitaient au gros rouge de Sicile, centurions et généraux s'imbibaient lentement des vins liquoreux de Grèce et d'Asie, embourgeonnant des trognes ravagées par le soleil d'Afrique.

Dans ce microcosme au degré Baumé passablement élevé, la franche camaraderie vantée par les communiqués officiels, béant devant la générosité du grand allié romain et un méditerranéisme inconditionnel, dissimulaient tous les dégradés de la mesquinerie la plus féroce et du racisme le plus subtil.

Les orvets des états-majors n'en avaient cure, ondoyant silencieusement au milieu des plans et des manÏuvres vers leur objectif unique : un proconsulat d'Orient ou une affectation à Rome avec logement de fonction du côté d'Ostie.

Les jeunes filles de Volubilis qui se seraient risquées à la fontaine au moment où les légionnaires occupaient les lieux, se seraient exposées à de gras propos et à des plaisanterie plus que bimillénaires.

Elles attendaient que la trompette ait réuni la troupe pour se hasarder au dehors. Lorsque le dernier casque avait franchi la porte du Sud, on les voyait se hâter, suivies parfois d'un enfant, pieds nus, s'agrippant à la robe et menaçant le savant équilibre des cruches sur les têtes. On s'attardait volontiers à la fontaine pour échanger des informations de première importance sur des évènements insignifiants. La marmaille en profitait pour faire flotter quelque objet, s'asperger ou, plus simplement, basculer dans l'eau au moment le moins attendu.
La matinée s'avançant, les fonctionnaires et les magistrats se rendaient à la basilique, emmaillotés dans une toge immaculée qui ne les empêchait pas de transpirer au grand soleil du parvis. Ils jetaient un coup d'Ïil d'envie à la fontaine. Ils auraient bien voulu plonger leurs bras nus dans l'eau fraiche, mais au grand dam de leurs papyrus et de leur dignité. Alors, ils passaient rapidement.

Vers midi, le soleil grignotant ce qui restait d'ombre forçait les dernières silhouettes vivantes à lui abandonner la place. Une lumière mate pétrifiait le paysage, paralysait le vent, éteignant le revers argenté des oliviers. La chaleur pesait sur les dalles brulantes dans un silence à peine troublé par l'éternel filet de la fontaine. De loin en loin, le crissement d'un criquet arrachait le bleu cendré de ses ailes au mimétisme de la pierre.
Sur le soir, l'espace s'animait à nouveau. Tout ce qui batifole et folâtre, femmes, esclaves, troupeaux, jeunes gens, semblait mystérieusement attiré par la fontaine. Les ombres elles-mêmes s'allongeaient dans sa direction.

Plus tard, on voyait de graves personnages marcher de long en large sur la place et s'asseoir sur les degrés de la basilique. La nuit tombée, les silhouettes se retiraient dans l'obscurité. La place retrouvait le silence. Dans la lumière crue du clair de lune, arêtes et cannelures se détachaient avec précision, s'opposant à l'ombre mouvante des lauriers qui venait battre les dalles...
Aujourd'hui, la fontaine est tarie. Son bruissement est oublié. Seul le sillon laissé sur la margelle par le frottement des jarres témoigne de la vie antique. La tracé des rues ne conduit nulle part et, des deux côtés, l'arc de la porte du Sud ne s'ouvre plus que sur le ciel. Seuls représentants de la vie, les mauvaises herbes n'ont encore pu se décider à la franchir et demeurent au-delà de l'enceinte écroulée. Pourtant, au fil des ans, le petit oued a creusé un ravineau parmi les ruines. Des oliviers se sont accrochés sur ses flancs et projettent une ombre légère sur les tombes. Des colombes y ont fait leur nid.

Si par un soir d'automne, vous suivez le petit sentier qui descend jusqu'au ruisseau et remonte vers le pressoir, venez, je vous en prie, vous asseoir au bord de la fontaine. En fermant les yeux, vous retrouverez le chant de l'eau, le tintement des armes, le rire des légionnaires. Peut-être même sentirez-vous, venant de l'auberge, la pesante odeur des courges frites. Ouvrez-les à nouveau. Tout est redevenu silence, ou presque.
De deux millénaires engloutis, votre oreille ne percevra que l'irritant grincement d'une sauterelle sans mémoire. Pourtant, dans le lointain, au travers des ruines, sur la plaine déclive, s'élève à peine un petit nuage de brume et de poussière. C'est celui du laboureur et de sa persévérante bête qui, depuis deux mille ans, tracent leur incertain sillon.

Hubert JOLY 1981